EGLISE SAINT VINCENT DE FOUFFRANS

Document importé depuis cybercommunes.Elle est attestée dès le XIIème siècle.

C’est en effet en 1181 que l'Evêque de Chalon (sur Saône), Engilbert, donna à l’Eglise Saint Etienne de Dijon, les Eglises de Premières et de Fouffrans (qui s’écrivait, alors FORFRANS) avec leurs dîmes. Cette décision fut confirmée par une bulle pontificale du Pape LUCIUS III, le 22 avril 1184. Il semble bien que l’Eglise de Soirans ne soit en fait qu’une annexe de celle de Premières dont la vaste paroisse couvrait alors les villages de Collonges, Longeault, Pluvault, Beire, Soirans, Fouffrans et Pluvet; jusqu’en 1690, notre Eglise Saint Vincent eut d’ailleurs le même curé desservant que celle de Premières : ce n’est en effet qu’en août 1691 que Fouffrans fut érigée en paroisse.  

Le premier curé de Fouffrans fut Sébastien DEMARON décédé le 4 mars 1694, et inhumé dans l’Eglise : nous avons retrouvé sa pierre tombale à l'occasion de travaux récents. La paroisse s’étendait sur trois villages : Fouffrans, Soirans et Pluvet, jusqu’à ce que nos voisins de Pluvet construisent leur propre Eglise il y a 150 ans seulement.

Que reste-t-il de l’Edifice Roman du XIIème siècle à Fouffrans; sans doute pas grand chose si ce n’est le sous-bassement de l’Edifice réalisé en belles pierres de MOISSEY car notre Eglise a été à plusieurs reprises incendiée, et la dernière fois complètement détruite vers 1640 par les soldats de l’empereur d’Allemagne; incendiée comme tout le village (et toutes nos archives), incendiée mais reconstruite puisque les textes nous indiquent le nom d’un nouveau curé en 1659.

Reconstruite en briques mais bien bâtie puisque l’Edifice n’a pas été entretenu pendant 300 ans que d’une manière sporadique. Les archives, conservées en Mairie font état de réparations lorsque l’entretien de l’Edifice fut mis à la charge de la Commune par la Révolution de 1789 au moment de la Sécularisation des Biens du Clergé : c’est en effet le 19 Germinal de l’an 11 (1803) que les Conseils Municipaux de Soirans-Fouffrans d’une part, et de Pluvet d’autre part, décident d’acquérir l’Eglise, alors en très mauvais état ; d’importants travaux de couverture sont effectués; les piliers sont construits pour renforcer les murs, la peinture du plafond est refaite. En 1805, Soirans en paye les deux tiers et Pluvet un tiers.

 Document importé depuis cybercommunes.

Les campagnes de réparation se succèdent ensuite à un rythme très irrégulier. (On notera les nombreuses marques de Compagnons dans le transept.)

1848 :       Démolition du porche couvert, en avant de l’Eglise, devenu inutile après la séparation des paroisses de Soirans, Fouffrans et Pluvet (ce porche avait pour fonction d’abriter les paroissiens de Pluvet attendant les offices).

Réfection des vitraux (architecte Phal Blondo).

1862-63 :    Réparation de la porte, pose de chêneaux et réfection des enduits intérieur, pose de soubassement intérieur en plaques de pierre de Comblanchien (architecte Phal Perron).

Création de la rosace au dessus de la porte d’entrée.

1904 :      Consolidation du clocher.

1953 :      Réfection intérieure des enduits et staffs.

1982-85 :    Réfection de la charpente du clocher et couverture à neuf du toit du clocher et de la toiture de la nef.

1988-91 :    Réfection des enduits extérieurs Est et Nord (les travaux ne sont pas poursuivis ; certains enduits sont de mauvaise qualité).

1997-98 :    Assainissement des murs, réfection intérieure, stucs, peinture (murs et voûte), restauration des vitraux, des autels, du baptistère, de la chaire, du confessionnal et des meubles de la sacristie (architecte Philippe Blondin).

 1999 : * Reprise des enduits extérieurs,* Assainissement des fondations,* Réfection du sol de la sacristie.