L'Arnison, une rivière bien gérée

ARNISON ET SYNDICATS DE BASSIN

 

L'Arnison est une rivière qui prend sa source au nord de la Commune de Tellecey et qui conflue avec la Tille sur la Commune de Champdôtre. Au niveau de son confluent, la rivière totalise une longueur d'environ 17 Km pour un bassin versant de l'ordre de 55 Km2.

nos__21609_2.jpg Avec l'évolution de la législation qui à fait apparaître notamment les notions de "globalité", "bassin versant" et "intérêt commun", les Communes d'un même bassin se regroupent désormais en syndicat. Le regroupement en syndicat traduit la volonté de mise en place d'une nouvelle politique de gestion des cours d'eau plus respectueuse du milieu naturel et de ses usages.

16 Communes, dont la nôtre, traversées par l'Arnison, se sont d'abord regroupées au sein du syndicat de l'Arnison (depuis 1994).  Six ouvrages ont été restaurés et des cycles d'entretien par période de 3 ans ont été mis en place à partir d'une sectorisation en 3 tronçons. Plus récemment, le schéma d'aménagement de la Tille et de ses affluents ainsi que des études complémentaires (études géomorphologique, hydrologiques) ont été réalisées sur ce bassin versant. Ces études prennent en compte l'intérêt commun et mettent en évidence le fonctionnement et les déséquilibres majeurs des différentes rivières. Elles ont permis de préciser les moyens à mettre en œuvre permettant de conserver, voire d'améliorer la qualité du milieu naturel, et la pratique de ses usages.

Désormais la Commune de Soirans est membre du Syndicat Intercommunal Tille Norges Arnison (SITNA)

LES TRAVAUX

 

L'enlèvement d'embâcles et de détritus, ainsi que leur élimination en décharges autorisées, - l'abattage d'arbres, l'éclaircie et le rajeunissement des cépées, - l'élagage, la taille des arbres, arbustes et balivages, - le débroussaillement, - les plantations, - le brûlage et/ou l'évacuation des déchets et rémanents.

nos__21609_3.jpg

La réalisation des travaux à des objectifs différents, selon le tronçon d'application. Ces objectifs peuvent être :

- la restauration des conditions naturelles maximum d'écoulement (dans les zones à risques),

- la prévention de la formation des embâcles (en amont des zones à risques),

- l'amélioration de la vigueur et de l'état sanitaire de la ripisylve, - la limitation des phénomènes d'érosion ou de sous-cavement des berges,

- la mise en valeur écologique et paysagère du cours d'eau (dans les secteurs naturels à risques peu élevés).