UN PATRIMOINE ARCHITECTURAL ET NATUREL A PRESERVER

Association et bibliothèque.JPGLe patrimoine ce n'est pas seulement l'Eglise, le Lavoir, la Mairie, les Ecoles ou les salles des Fêtes, c'est aussi la Forêt, l'Arboretum de la Tuilerie, les chemins de randonnée et tous les espaces publiques que la Commune s'efforce d'aménager et d'entretenir. Notre souhait : que Patrimoine et Loisirs se rencontrent au quotidien.

Horloge.JPG LA MEMOIRE DE NOTRE MONDE RURAL

 

Témoin du passé, le patrimoine communal constitue la mémoire de notre monde rural. A ce titre nous devons l'entretenir, le restaurer, le faire connaître et le rendre le plus accueillant possible. C'est ce que la Commune s'efforce de faire. La pose d'un pannonceau sur le lavoir en novembre 1999, pour informer les visiteurs sur son origine, a été l'occasion de rappeler l'intérêt que représentent les chefs d'oeuvre architecturaux de nos villages. Les travaux réalisés à l'Eglise depuis 1997, témoignent, eux aussi, de la volonté de la Commune de préserver son patrimoine. Témoin d'aujourd'hui pour l'avenir, l'Arboretum créé pour l'an 2000 est une autre manière de valoriser l'espace rural de Soirans. Ce chef d'oeuvre naturel sera entretenu et rendu le plus accueillant possible, un lieu d'harmonie et d'équilibre destiné aux générations futures. A ce titre, les enfants des écoles du Regroupement Pédagogique Intercommunal sous l'impulsion des enseignants, se sont engagés dans un projet d'école consacré à la Forêt et à l'Arboretum, un projet pour découvrir la forêt, sa flore, sa faune et les activités humaines qu'elle génère, mais aussi pour participer activement à la réalisation de l'Arboretum.

 

EGLISE SAINT VINCENT

 

Elle est attestée dès le XIIème siècle. C'est en effet en 1181 que l'Evêque de Chalon (sur Saône), Engilbert, donna à l'Eglise Saint Etienne de  Dijon, les Eglises de Premières et de Fouffrans (qui s'écrivait, alors FORFRANS) avec leurs dà®mes. Cette décision fut confirmée par une bulle pontificale du Pape LUCIUS III, le 22 avril 1184. Il semble bien que l'Eglise de Soirans ne soit en fait qu'une annexe de celle de Premières dont la vaste paroisse couvrait alors les villages de Collonges, Longeault, Pluvault, Beire, Soirans, Fouffrans et Pluvet; jusqu'en 1690, notre Eglise Saint Vincent eut d'ailleurs le même curé desservant que celle de Premières : ce n'est en effet qu'en aoà»t 1691 que Fouffrans fut érigée en paroisse.

Eglise.JPG Le premier curé de Fouffrans fut Sébastien DEMARON décédé le 4 mars 1694, et inhumé dans l'Eglise : nous avons retrouvé sa pierre tombale à l'occasion de travaux récents. La paroisse s'étendait sur trois villages : Fouffrans, Soirans et Pluvet, jusqu'à ce que nos voisins de Pluvet construisent leur propre Eglise il y a 150 ans seulement. Que reste-t-il de l'Edifice Roman du XIIème siècle à Fouffrans; sans doute pas grand chose si ce n'est le sous-bassement de l'Edifice réalisé en belles pierres de MOISSEY car notre Eglise a été à plusieurs reprises incendiée, et la dernière fois complètement détruite vers 1640 par les soldats de l'empereur d'Allemagne; incendiée comme tout le village (et toutes nos archives),mais reconstruite puisque les textes nous indiquent le nom d'un nouveau curé en 1659. Reconstruite en briques mais bien bâtie puisque l'Edifice n'a été entretenu pendant 300 ans que d'une manière sporadique. Les archives, conservées en Mairie font état de réparations lorsque l'entretien de l'Edifice fut mis à la charge de la Commune par la Révolution de 1789 au moment de la Sécularisation des Biens du Clergé : c'est en effet le 19 Germin al de l'an 11 (1803) que les Conseils Municipaux de Soirans-Fouffrans d'une part, et de Pluvet d'autre part, décident d'acquérir l'Eglise, alors en très mauvais état ; d'importants travaux de couverture sont effectués; les piliers sont construits pour renforcer les murs, la peinture du plafond est refaite. En 1805, Soirans en paye les deux tiers et Pluvet un tiers. Les campagnes de réparation se succèdent ensuite à un rythme très irrégulier. (On notera les nombreuses marques de Compagnons dans le transept.) 1848 : Démolition du porche couvert, en avant de l'Eglise, devenu inutile après la séparation des paroisses de Soirans, Fouffrans et Pluvet (ce porche avait pour fonction d'abriter les paroissiens de Pluvet attendant les offices). Réfection des vitraux (architecte Phal Blondo). 1862-63 : Réparation de la porte, pose de chêneaux et réfection des enduits intérieurs, pose de soubassement intérieur en plaques de pierre de Comblanchien (architecte Phal Perron). Création de la rosace au dessus de la porte d'entrée. 1904 : Consolidation du clocher. 1953 : Réfection intérieure des enduits et staffs. 1982-85 : Réfection de la charpente du clocher et couverture à neuf du toit du clocher et de la toiture de la nef. 1988-91 : Réfection des enduits extérieurs Est et Nord (les travaux ne sont pas poursuivis ; certains enduits sont de mauvaise qualité). 1997-98 : Assainissement des murs, réfection intérieure, stucs, peinture (murs et voûte), restauration des vitraux, des autels, du baptistère, de la chaire, du confessionnal et des meubles de la sacristie (architecte Philippe Blondin). 1999 : * Reprise des enduits extérieurs, * Assainissement des fondations * Réfection du sol de la sacristie.

LAVOIR

 

C'est un édifice particulièrement remarquable dont la construction a été décidée le 8 novembre 1835. Le Conseil Municipal de l'époque, présidé par Monsieur Charles Franà§ois, avait choisi Monsieur Phal Blondo, architecte à Auxonne pour établir les plans. Le préfet donna son accord sur le projet le 13 novembre 1835. Les travaux ont été adjugés le 1er juin 1836 à Monsieur Jean Phal, maà§on à Auxonne et le procès-verbal de réception définitive des travaux a été signé le 28 décembre 1839. Notre lavoir a donc 160 ans. C'est un lavoir avec impluvium et bassin, doublé d'un abreuvoir pour le bétail. Il a la forme d'un hémicycle et est soutenu par six colonnes en pierre de Damparis. 

lavoir.JPGEn 1894, des auven  ts en bois et zinc ont été construits pour abriter les lavandières. Ces auvents ont été déposés, mais vous pouvez encore l  es voir sur des photographies exposées à l'intérieur. Dès 1978, le Maire, Monsieur Michel Jovignot, engage des réparations, mais c'est en 1989 qu'une restauration complète est effectuée, donnan  t au lavoir son aspe  ct d'aujourd'hui. La remise en eau et l'aménagement des abords ont été réalisés en 1994 et une plaque du souvenir a été posée pour le cinquantenaire de la libération de Soirans, le 10 septembre 1994. En soirée, son illumination met en  valeur son architecture et son environnement. Depuis 1970/1971 ce lavoir n'est plus utilisé. Il est entré dans la mémoire collective des habitants et fait partie du patrimoine communal. A ce titre il est  entretenu, fleuri, ouvert aux touristes, aux promeneurs et à tous les amateurs d'architecture rurale et chaque année il est inscrit aux journées du patrimoine.